Blog SophielitCoup de coeur
Ateliers d'écriture Littérature jeunesse Recueils et revues Littérature générale Sophie«Indispensable» Onirik
Sophie AdriansenDisponible en braille et en gros caractères
Illustrations : Tom Haugomat
ContributionsFinaliste : Lauréat *Prix des écoliers de la Côte d'Opale 2016 *Prix PEP 42-ASSE Cœur Vert 2016 *Prix intersalons du Montargois 2016 Adapté au théâtre avec le soutien de la LICRA 37
Max et les poissons roman jeunesse Editions Nathan, février 2015
Il s’appelle Max. Il est bon élève. Il a reçu un prix d’excellence, et un poisson en récompense. Il a 8 ans. Enfin pas complètement. Il doit les fêter le 16 juillet 1942, mais ce jour-là a lieu un événement bien plus important. Du Vel’ d’Hiv’ au camp de Drancy, du camp de Drancy à la campagne où il apprend à pêcher, Max traverse la deuxième moitié de la guerre au rythme de son jeune âge. Avec un poisson comme bonne étoile.
* Petits champions de la lecture 2015 * Prix des jeunes lecteurs de l'Oise 2015-2016 * Prix littéraire jeunesse littéraire de la ville de Reims 2016 * Prix littérature jeunesse Nouvelle Revue Pédagogique * Prix littéraire des écoliers 2015-2016 du Pas-de-Calais * Prix Livrentête 2016, catégorie romans 10/12 ans * Prix Gulli du roman 2015 * Prix des insatiables 2016 * Prix Bouquin-malin 2016 * Prix des bibliothèques du Séronais 2016 * Prix L'encre d'or de Fouesnant 2016 * Prix inter-salon du Montargois 2015-2016 * Prix des Incorruptibles 2016-2017 * Prix Gayant - Brouillons de lecture 2016-2017 * Le primé des Bibliothèques de Reims * Prix UNICEF de littérature jeunesse * Sélection défi Babelio junior 2015-2016
J’ai mon poisson ! Il est rouge, avec un peu de jaune. Ils sont tous rouges ou argent, mais le mien est le seul qui soit tacheté de jaune. C’est ma récompense : à l’école, j’ai reçu un prix d’excellence. Je le rapporte dans une poche en plastique pleine d’eau. Je le tiens fièrement. Qu’il est beau ! Ces grandes vacances vont être incomparables. L’eau se met à faire des petites vagues. Maman serre ma main un peu plus fort. Au bout de la rue passent des Allemands. Ça fait un bruit du tonnerre. Les Allemands, ce sont des gens en uniformes vert foncé qui portent des fusils et ne sourient jamais. Ils marchent souvent tous en même temps et font trembler les rues avec leurs bottes en fer. La guerre, ça fait marcher les Allemands dans les rues et serrer fort les mains des petits garçons.